04 novembre 2009

Identité nationale: on touche le f(r)ond.

Cette fois, je ne peux m’empêcher de reprendre la parole, ne serait ce que brièvement. Un débat sur l’identité nationale, et ce dans les préfectures! J’ai vraiment l’impression de vivre un cauchemar ou, à minima, un bien mauvais rêve. Tout d’abord, le sujet me parait sentir le vieux camembert d’antan, celui qu’on brandissait avec la baguette et le béret, bref, la France qui vole pas très haut et ne sent pas très bon… Quant aux lieux choisis… Les Préfectures??

À quoi ça vous fait penser vous? Personnellement, dès que je prononce le mot, j’imagine de belles queue-leu-leu devant de sympathiques guichets, les boulets et l’incohérence administrative, la paperasse, les papiers, le stress du pauvre gars qui se demande à quelle sauce il va être cuisiné… A part la cuisine, rien à voir avec ce qui pourrait représenter une belle image de la France. On ne pourrait pas faire un débat sur les valeurs de la France, je cite au hasard, la France des Lumières, la France terre d’asile, la France des idées et de la création… Et pourquoi ne pas choisir la Sorbonne, la Cité du patrimoine, le palais de Justice, le Conseil d’Etat ou le Conseil constitutionnel à Paris, et, en province, des musées, des bibliothèques, des universités? Ah, les idées de nos hommes politiques, je n’y comprends vraiment rien … Je me demande s’ils parlent la même langue que moi…

Posté par todoro à 21:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Identité nationale: on touche le f(r)ond.

    Content de te retrouver, Ivan. J'attends un billet de ta part sur les dernières ruades d'Éric Raoult. Ou la sortie du film 2012.

    Posté par SOS Croquettes, 12 novembre 2009 à 21:30 | | Répondre
Nouveau commentaire