15 juillet 2009

Garden party.

Ah, heureusement qu’il y a internet pour nous montrer de petits extraits de cette fabuleuse garden party à l’Elysée, pour nous, les petits, exclus de cette belle fête ! Ça fait bien oublier la crise et ses désagréments, foin de questions fâcheuses et la suppression de l’interview traditionnel aide en la matière. Grand moment républicain, ce jour de célébration de la prise de la Bastille et de la refondation du Droit ! Sur la vidéo (express.fr) nous voyons se pavaner Jean Tibéri ou Patrick Balkany qui montre toutes ses dents. Des délinquants qui côtoient les ministres et élus, ça c’est de l’Egalité ! Tout le monde à la même enseigne, casier judiciaire ou non ! Mais enfin, cette mention disgracieuse ne vous empêchera pas de vous goinfrer de petits fours aux frais de la République. C’est ça la Fraternité ! Avec un peu de chance vous aurez même la chance d’apercevoir Carla Bruni en plastron Chanel ou Nadine Morano qui se croit aussi au défilé et pose longuement sur les marches recouvertes d’un tapis rouge … Parce qu’en France, le plus important, ce n’est pas le casier mais les relations. Oui, ma chère, un bon carnet d’adresses efface sans problème la grosse tâche au casier… Et même la révolution n’y a rien changé. D’ailleurs, comme c’est bon de s’asseoir sur un droit rabat joie ! Qui irait évoquer au milieu d’une dégustation républicaine que la France a été condamnée pour ses conditions de garde à vue et rappeler que lesdites cellules (et la souricière) sont encore trop souvent jonchées d’excréments, que là bas, si les sandwichs n’arrivent pas toujours, la fouille reste approfondie… Non, quand même ! Restons au lumineux sourire de M Tibéri, condamné en première instance pour fraude électorale, le plus grave crime possible contre la République, emblème parfait de l’impact de la décision judiciaire. Alors ne me dites pas que vous, votre casier vous empêche de trouver du boulot !

Posté par todoro à 21:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Garden party.

    Rien de nouveau sous le soleil

    Pour épuiser la France entière,
    Les Rois avaient des financiers
    Et Barras a Larivaudière
    Qui paye tous ses créanciers.
    Seulement, ce qu'on ne dit guère,
    C'est qu'en dépit des Tribunaux,
    Barras paye Larivaudière
    Avec les biens nationaux.
    Voila comment cela se mène,
    C'était pas la peine, c'était pas la peine,
    Non, pas la peine assurément
    De changer de Gouvernement !

    (Extrait de l'opérette "La Fille de Madame Angot - 1872)

    Posté par SOS Croquettes, 16 juillet 2009 à 23:33 | | Répondre
Nouveau commentaire